MARDI 29 AOÛT


9h30-12h30_ateliers de l’Université d’été européenne

dirigés par Joseph Danan, Nathalie Fillion, Pascale Henry, Rebekka Kricheldorf et Jean-Pierre Ryngaert.

 

14h00_lecture_Hors-Jeu

de Lisa Nur Sultan (Italie), texte français de Stéphane Resche et Frédéric Sicamois, dirigée par Michel Didym assisté de Yves Storper, avec Quentin Baillot, Eric Berger, Johanna Nizard et Ariane von Berendt, musique Vassia Zagar

28 juin 2012 : Italie-Allemagne, demi-finale du Championnat d’Europe de football. Ce soir-là, Mario voulait juste voir son match. Mais il ne pourra pas. Car sur la corniche à côté de leur fenêtre, silencieux et élégants, Adriano et Laura veulent se jeter dans le vide. Pourquoi donc ? Pourquoi justement ce soir-là ? Mario et Anna vont tenter de comprendre les motivations de ce geste insensé. Une confrontation sur la “crise”, la religion, l’amour, la télévision, Dieu… le temps d’une comédie tragique, le temps d’un match de foot.

Lisa Nur Sultan est auteure, dramaturge et scénariste. Elle débute sa carrière en 2007 pour la télévision, et depuis 2008 elle travaille pour le cinéma et le théâtre. En 2009 le spectacle Brugole a reçu le prix Nuove Sensibilità, puis le prix Eceplast pour la recherche dramaturgique / TTF (2010), le prix Girulà (2010) pour le “meilleur texte” et la mention spéciale au Bando Storie di Lavoro (2011). Dans ses pièces de théâtre, par une écriture profondément ironique, elle analyse le rapport de sa génération au monde du travail, aux médias et à leur tyrannie, à la crise des valeurs.

Hors-Jeu est publié aux Presses universitaires du Mirail (Toulouse). En partenariat avec le dispositif Face à FaceParoles d’Italie pour les scènes de France. Remerciements à Eurodram.

 

16h00_lecture_21, rue des sources

de Philippe Minyana, dirigée par l’auteur, avec Grégoire Lagrange et Catherine Matissse

Qui sont-ils ces deux-là qui errent dans la maison vide ? Des revenants, des fantômes ? Ils vont de pièce en pièce et se remémorent. Là c’était une chambre, après c’était un salon. C’est dans ce lit que je suis morte ! Et les souvenirs défilent, c’était la guerre et j’ai connu l’amour. Il y avait là une épicerie ; les clients c’étaient les ouvriers des usines ; là il y avait des prairies , et puis plus du tout ; à la place, des villas, des HLM ; où sont-ils tous les voisins, les amis ? Ils parlent à voix basse mais qui les entend ?

Philippe Minyana, depuis 1980, a écrit une cinquantaine de textes pour le théâtre. Il a longtemps collaboré avec Lucien et Micheline Attoun (Théâtre ouvert) et Robert Cantarella. Il travaille différents registres dans l’écriture : solos, scènes dialoguées, récit-théâtre, poèmes dramatiques. Ses pièces ont été jouées par deux fois à la Comédie Française, mises en scène par Robert Cantarella et Marcial Di Fonzo Bo. En 2010, Philippe Minyana reçoit le prix du théâtre de l’Academie Française. Il est également officier de l’ordre des Arts et des lettres.

Ce texte a bénéficié de l’aide à la création d’Artcena en 2016. Il est à paraître à la rentrée 2017 aux éditions de l’Arche.

 

18h00_lecture_Ridicules ténèbres

de Wolfram Lotz (France), texte français de Pascal Paul-Harang, dirigée par Sara Llorca, avec Christophe Brault, Nelson-Rafaell Madel, Charlie Nelson, Bruno Ricci

Un pirate somalien prie le tribunal hambourgeois de bien vouloir comprendre son attaque sur le cargo MSTaipan et déplore la perte de son ami Tofdau. L’adjudant-chef Pellner et le caporal Dorsch partent en patrouilleurs dans les forêts humides afghanes. Leur mission : la liquidation d’un lieutenant-colonel devenu fou. Oeuvre sonore, la pièce de Lotz fait chauffer la machine théâtrale : un voyage grotesque et mélancolique, ironique et clownesque, à travers les plus sombres recoins de l’histoire européenne.

Wolfram Lotz, né à Hambourg en 1981, a étudié à l’Institut allemand de littérature à Leipzig. En 2011, il a remporté, entre autres, le prix Kleistien (“Kleistförderpreis”) pour jeunes dramaturges et le prix du Berliner Stückemarkt pour sa pièce La grande marche. Le magazine “Theater heute” l’élut alors jeune dramaturge de l’année. Après le succès de Quelques messages pour le cosmos, il reçut en 2012 le prix de dramaturgie du cercle culturel de l’économie allemande (“Dramatikerpreis des Kulturkreises der Deutschen Wirtschaft”) et en 2013 le prix de Cassel pour la littérature comique (“Kasseler Förderpreis für Komische Literatur”). En 2015, Ridicules Ténèbres a été invité aux rencontres berlinoises du théâtre. La même année, Lotz reçut le prix Nestroy pour la meilleure pièce et les critiques de “Theater heute” l’élurent meilleur dramaturge de l’année.

Le texte a été traduit grâce au concours de la Maison Antoine Vitez, Centre international de la traduction théâtrale. L’Arche est agent théâtral du texte représenté.

 

20h45_spectacle_Non c’est pas ça

collectif Le Grand Cerf Bleu

Une oeuvre fondatrice : la Mouette d’Anton Tchekhov. Mais ce n´est pas ça, ce ne sera pas ça, ce ne sera pas la Mouette. Pas une adaptation, ni même une réécriture, plutôt une digression, une variation inspirée de l’oeuvre. Chercher ce symptôme d´une mouette mazoutée, tuée au bord du lac duquel elle n’est jamais partie. Interroger cette impuissance, cet inaccompli, ce ratage et cet échec de l’idéal comme le terreau de notre monde contemporain.

avec Constant Barati, Heidi-Eva Clapier, Michel Picolo, Coco Felgeirolles, Elsa Bouchan, Adrien Guiroud, Laureline Le Bris-Cep, Olivier Martini, Richard Matmmut, Juliette Pitier, Vincent Steinboch, Gabriel Tur, Jean-Baptiste Tur / assistante mise en scène Juliette Prier / création lumières et régie générale Xavier Duthu / scénographie Collectif Le Grand Cerf Bleu et Jean-Baptiste Née / création sonore et musique Raphaël Barani, Jean Thevenin et Gabriel Tur / traduction originale Maryna Voznyuk / production & diffusion Léa Serror (Copilote) / production Collectif le Grand Cerf Bleu et Théâtre de Vanves / Coproduction Sortie Ouest, avec le soutien du Théâtre de Vanves, du Théâtre Paris-Villette, de Sortie-Ouest, du Jeune Théâtre National et de Théâtre Ouvert. Ce spectacle est lauréat du Prix du Public Impatience 2016 et reçoit le soutien de Réseau en Scène – Languedoc-Roussillon et de l’ONDA.

 

22h30_les impromptus de la nuit

Des nouvelles du monde écrites en résidence à l’Abbaye des Prémontrés par une artiste de La Mousson d’été : Nathalie Fillion

 

suivi de_DJ /